• Organisé par les AMAP du Sud de l'Oise

     

     

     

     

    Bonjour à tout.e.s,

     

     
    Nous avons le plaisir de vous inviter dans le cadre du FESTIVAL AlimenTERRE :
    le lundi 13 novembre à 20h00  au cinéma Jeanne d'Arc de SENLIS pour la  projection de "cousin comme cochon" 
	</div><div id=

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • http://web.greensefa.streamovations.be/index.php/event/stream/the-health-scandal-behind-the-use-of-pesticides-in-agriculture

    Je vois ce que je peux faire.Le cas de Paul François est loin d'être isolé.Et MONSANTO qui est maintenant BAYER - MONSANTO n'est pas la seule firme sur la sellette. Il y a aussi DUPONT DE NEMOURS DAW CHEMICAL, et une ou 2 grandes autres firmes mondiales (dont une suisse).Je vous recommande la lecture de :"Pesticides. Un scandale sanitaire. Le Parlement européen écoute les victimes. Actes de la conférence", Les Verts /ALE, Parlement européen, Bruxelles, 2016.Ou la vidéo:http://bit.ly/video-conf-phytovictimen plusieurs langues pour la vidéo.
    «Excusez-moi, je suis fatigué.» Paul François répète souvent cette phrase, ponctuée d’un long soupir. 
    Quand nous le rencontrons dans un café parisien, le 18 octobre, le céréalier charentais s’apprête à 
    >
    courir radios et télés pour parler de son livre, Un paysan contre Monsanto(Fayard).
    Il y raconte son combat contre la multinationale américaine, qu’il a osé attaquer en justice en 2007, 
    >
    trois ans après avoir été intoxiqué avec son herbicide Lasso, désormais interdit. 
    >
    «Quelqu’un m’a dit qu’on se croirait dans un thriller, mais non, c’est bien la réalité», souffle le quinquagénaire.
    Depuis l’accident (il a inhalé les vapeurs du pesticide en vérifiant une cuve), il vit un calvaire : 
    >
    amnésies, vertiges, bégaiements, crises semblables à de l'épilepsie, irritabilité, comas à répétition… 
    >
    Près d’un an à l’hôpital, ballotté de service en service, jusque dans une unité psychiatrique. 
    >
    Un médecin l’a même soupçonné de se droguer. Un cauchemar, et pourtant une peccadille comparé au 
    >
    «harcèlement judiciaire» dont il se dit victime de la part de Monsanto depuis dix ans. «
    Je ne sais pas si j’ai été assez clair, dans le livre, sur la violence de cette firme», confie-t-il. 
    Le géant des OGM et des pesticides «ne lâche rien, jamais». En 2012, jugé responsable du préjudice de Paul François et condamné à l’indemniser entièrement, une première mondiale, Monsanto fait appel. Quand le jugement est confirmé en 2015 par la cour d’appel de Lyon, la multinationale se pourvoit en cassation. A chaque fois, aucun de ses dirigeants n’est présent au tribunal. «Il faut batailler face à une entité invisible, anonyme, qui vous détruit, sans que vous puissiez savoir quand les coups vont arriver». Les avocats de la firme contestent l’accident, les comas, voire même l'utilisation du Lasso par l'agriculteur. «Ils ont aussi été arrogants face aux juges, ils se croient supérieurs aux lois, aux Etats, et leur stratégie, c’est de nier en bloc. Ils martèlent que j’ai tout inventé. Ils ont mis des huissiers dans des conférences pour pouvoir reprendre mes propos en disant : "A telle heure, il a affirmé ça, ça ne correspond pas à ce qu’il a dit dans tel article."»
    Les avocats exigent encore mille expertises médicales facturées des milliers d’euros, à la charge de la victime. «Pendant ces expertises, ils parlent de vous à la troisième personne, vous êtes un objet… Je ne suis pas prêt à revivre ça», soupire Paul François. Car l’affaire est loin d’être terminée. Le 7 juillet, la Cour de cassation a annulé la décision de la cour d’appel. Une erreur de droit : les juges lyonnais ont omis de se demander si le Lasso était défectueux. Paul François doit à nouveau affronter des années de procédure civile.

    «Dénigrement»

    Quand il l’apprend, il est à l’hôpital, au plus mal. Après une opération bénigne, il a enduré cinq septicémies en deux semaines. Son organisme ne sait plus se défendre. Il dit : «J’ai frôlé la mort, contrairement à ce que prétend Monsanto, qui s’est empressé d’affirmer que j’allais bien, puisque j’étais présent dans telle émission de télé, alors que c’était une rediffusion. Le dénigrement est sournois et permanent.» Il lève les yeux au ciel, sa voix se brise. «Cet été, ça m’a rappelé que je ne guérirai jamais, que je ne verrai peut-être pas le bout de ce procès...» Il ne peut plus contenir ses larmes. «On m’a mis sur un piédestal, on me fait passer pour un héros, je ne suis pas ce héros. Si j’en suis un, c’est grâce à ceux qui m’ont aidé, ma famille, mon avocat, Henri Pézerat [chercheur décédé en 2009, figure clé du film «Les sentinelles» réalisé par son fils, ce dernier s’est battu pour les victimes de l’amiante et des pesticides, ndlr]…»
    «Agri-manager» issu d’un milieu de droite, Paul François a cru à l’agriculture intensive et aux pesticides. Son combat lui a permis de découvrir un monde qu’il ne connaissait pas : le voilà ami avec des défenseurs de l’environnement ou des ouvriers cégétistes victimes de l’amiante«Je n’ai plus la même vision de la société. Je ne savais pas ce qu’était le militantisme ou les scientifiques lanceurs d’alerte... mais… c’est cher payé. Moi, ma vie, ça l’a empoisonnée, ça l'a bousillée.»L’émotion le submerge à nouveau. «Si c’était à refaire, je ne referais pas le procès, c’est trop titanesque. J’ai envie de mettre les autres victimes en garde. Monsanto nie alors que j’ai la preuve irréfutable d’avoir été intoxiqué de façon aiguë par un de ses produits. Mais la plupart des agriculteurs qui ont développé des cancers ou des maladies neuro-dégénératives souffrent d’intoxication chronique, ils ont été multi-exposés à des centaines de molécules. Le lien de cause à effet est encore plus difficile à prouver.»

    «Faillite»

    Cette procédure a «épuisé ma santé et mon moral», dit Paul François, mais aussi ses finances. Il se bat avec les banques pour faire tenir son exploitation debout. La multinationale ne lui a pas versé un centime, alors qu’il a dû avancer plus de 50 000 euros de frais. Et sans l’engagement de son avocat, François Lafforgue, qui ne lui a pour l’instant pas demandé d’honoraires, il aurait déjà dû jeter l’éponge. «Je suis au bord de la faillite. Je n’ai jamais voulu parler d’argent, mais je n’ai plus le choix. Je ne pourrai peut-être pas rembourser ceux qui m’ont aidé... Alors je lance un appel aux dons pour mon procès. Si je ne lève pas de fonds, j’arrête. Stop.»
    Paul François pense que s’il abandonne, Monsanto en fera un exemple dissuasif. A contrario, s’il continue, son avocat lui donne de bonnes chances de gagner et d’ouvrir la voie à d’autres victimes des pesticides. Mais l’agriculteur ne veut plus être seul à faire face au géant. «Si nous ne faisons rien contre les pesticides, en particulier les perturbateurs endocriniens, nos enfants pourront nous accuser. Plus personne ne peut dire qu’il ignore leur dangerosité. On vit à crédit sur les générations futures. Avant même leur naissance, leur espérance de vie est remise en question par ces produits. C’est un scandale sanitaire, il y aurait même matière à attaquer l’Etat en justice. Je suis allé au charbon, j’ai pris mes responsabilités, j’aimerais que les politiques, en premier lieu le Président, assument les leurs.»
    Phyto-Victimes, l’association d’aide aux professionnels victimes des pesticides que Paul François préside, a demandé à être reçue par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert. «Nous n’avons même pas eu de réponse», déplore le céréalier. Pour lui, les états généraux de l’alimentation organisés par l’exécutif doivent déboucher sur un plan de sortie des pesticides : «Il faut décider que dans trois ans, le glyphosate [molécule utilisée dans des centaines d’herbicides, dont le Roundup de Monsanto, ndlr] sera interdit. Idem pour les néonicotinoïdes «tueurs d’abeilles». Et ainsi de suite». Paul François l’affirme haut et fort : «Une agriculture sans pesticides dans quinze à vingt ans, c’est possible. Il faut juste, l'anticiper, l’organiser. Et arrêter d’ouvrir la porte aux lobbyistes, qui répètent que notre agriculture a besoin de ces pesticides, qu’on ne peut pas faire autrement. C’est faux ! Qu’on me montre où sont les emplois en jeu sur la fabrication des pesticides, ce n’est pas en France ! Alors qu’en changeant de modèle, on recrée du lien social et des emplois de proximité, non délocalisables.»
    Le céréalier a converti la moitié de ses 240 hectares en bio. Lui qui avait toujours été accro aux pesticides a longtemps tergiversé avant de se lancer, en 2015. Peur pour ses rendements, peur de ne pas y arriver techniquement. Crainte surtout du regard de son père, militant à la FNSEA, le très productiviste syndicat agricole. «Finalement, le principal frein était psychologique. La conversion doit surtout avoir lieu dans nos têtes, j’avais sous-évalué cela. Aujourd’hui, je sais qu’il vaut mieux travailler avec la nature plutôt que contre elle. J’y arrive, cela se passe très bien. Et passer en bio m’a permis de redevenir indépendant de l’industrie, ça aussi je l’avais sous-estimé.» Paul François esquisse enfin un sourire. «Je suis fier de dire que l’agriculture respectueuse de l’environnement et du social ne doit pas être opposée à une agriculture performante, au contraire, la vraie performance sera de conjuguer les trois. De toute façon, on n'a pas le choix. Si on ne va pas vers un autre modèle, on va continuer à tuer nos terres, qui sont déjà en triste état, et on ne sera même pas capable de répondre à la demande. Depuis 1995, les rendements baissent.»
    Encore faut-il faire face aux résistances. «Le système est verrouillé par les dirigeants de la FNSEA, les chambres d’agriculture et les coopératives, farouchement pro-pesticides, dénonce Paul François. Ils défendent un modèle agricole qui profite avant tout aux multinationales. Jamais on n’a été aussi pauvres, nous les agriculteurs, et jamais les firmes n’ont engrangé tant d’argent : ça veut dire quoi ?»Mais sur le terrain, qu’en pensent ses confrères ? «L’omerta est en train de se briser, ça bouge. Les gars me disent : "T’as raison, les pesticides, c’est un problème qui nous appartient, on en a marre d’être stigmatisés, de voir les collègues tomber malades, il faut qu’on en parle, qu’on nous aide à faire autrement."» Et les consommateurs ? «Ils doivent accompagner la transition, en mangeant bio un maximum, de saison, moins de viande… En consommant différemment, on peut manger bio au même prix.» Les deux filles de l’agriculteur travaillent dans l’environnement, l’une pour Vigilance OGM au Canada, l’autre au WWF France. «Les jeunes en ont marre qu’on leur fasse gober n’importe quoi, au propre et au figuré. Ça va bousculer les habitudes, peut-être enfin faire bouger les politiques.»

    «Coup de fouet»

    Pour Paul François, la sortie des pesticides aura lieu, c’est certain. Mais le sort des victimes le préoccupe. « J’ai bien peur que les criminels qui ont sciemment empoisonné des milliers d’agriculteurs ne seront jamais condamnés. Je parle des firmes en général, il n’y a pas que Monsanto. Comme de ceux qui ont fermé les yeux sur cet empoisonnement. J’ai peur qu’il se passe exactement la même chose que pour l’amiante : on l'a interdit mais les responsables sont impunis et les victimes sont toujours là.» Il se bat pour la création d’un fonds d’indemnisation des agriculteurs victimes des «phyto». En attendant, il dit n’aspirer qu’à une chose : tourner la page de son procès et s’occuper de sa ferme «à 100 % bio, tranquille, loin des médias».
    Deux semaines après notre rencontre, le 3 novembre, Paul François nous a rappelé. Sa voix a changé. Il nous a transmis ce message : «Je tenais à vous dire que j’ai changé d’état d’esprit. Le fonds participatif a déjà franchi la barre des 30 000 euros. J’ai reçu des centaines de messages de soutien. Ceux qui ont lu mon livre ou m’ont écouté dans les médias ont été touchés. Cela m’émeut profondément. Cela m’a donné un coup de fouet. Je vais sans doute continuer le combat.»

    >
    Aide par chèque à l'adresse suivante :
    Paul François
    Beauregard
    16700 Bernac
    >
    Aide par internet :
    >

    votre commentaire
  • Manger mieux sans payer plus, c’est possible, assure WWF France

    Dans une étude publiée jeudi, l’ONG compose une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement au prix du panier standard des Français.

     

    LE MONDE | 09.11.2017 à 00h15 • Mis à jour le 09.11.2017 à 16h51 | Par Laurence Girard

     

     

    Peut-on manger mieux, pour préserver sa santé et celle de la planète, sans dépenser plus ? Oui, répond WWF France, dans une étude coréalisée avec ECO2 Initiative et publiée jeudi 9 novembre. L’ONG veut ainsi apporter sa contribution aux débats suscités par les Etats généraux de l’alimentation.

    Pour élaborer sa démonstration, elle est partie du panier alimentaire moyen en France, pour une famille de quatre personnes, deux adultes et deux enfants. Soit une facture hebdomadaire de 190 euros. Elle a transformé leur assiette en assiette « flexitarienne », c’est-à-dire contenant deux tiers de protéines végétales contre un tiers de protéines animales. Mais aucun aliment n’est interdit.

     

    En savoir plus sur

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/09/manger-mieux-sans-payer-plus-c-est-possible-assure-wwf-france_5212247_3234.html#7errkhKPAZS0FQYC.99

     

    Moins de viande, plus de légumes

    Le menu est donc profondément remanié. La consommation de viande diminue fortement, de près de 31 %. Bœuf, veau et agneau en font tout particulièrement les frais, pour alléger la facture. De même pour les poissons sauvages (– 40 %). Les produits transformés industriels gras, sucrés et salés sont réduits de façon drastique (– 69 %). Et la ration des produits à base de farines raffinées (pain, pâtes…) baisse de 46 %.

    A l’inverse, la part des légumes, céréales et légumineuses double. Les laits végétaux font leur apparition. Les œufs confortent leur place. Quant aux produits laitiers et fromages, ils maintiennent leur position pour représenter 15 % des aliments consommés.

     Lire aussi :   Les bénéfices d’une alimentation bio pour la santé

    Ce régime fait passer la fréquence de la viande et du poisson sauvage à quatre repas par semaine au lieu de six. Et l’occurrence des produits transformés à deux repas par semaine contre un par jour. A la clé, selon WWF France, une réduction de l’impact carbone du panier alimentaire de 38 %. Mais aussi une baisse du coût du panier de 21 %. De quoi s’offrir, conseille l’ONG, pour le même prix final, des produits de meilleure qualité et atteindre 50 % de produits certifiés (bio, label rouge, MSC…).

     

     

     

     


    votre commentaire
  • https://www.mediapart.fr/journal/france/091117/pesticides-la-carte-de-la-france-toxique?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xts=&xtor=EPR-1013-[article-offert]&xtloc=&url=&M_BT=982651291066

     

    Pesticides: la carte de la France toxique

    9 NOVEMBRE 2017 PAR BENJAMIN PEYREL (MEDIACITÉS)

    Pesticides: la carte de la France toxique

    La Commission européenne n’a pas obtenu, ce 9 novembre, l’accord des États pour renouveler durant cinq ans l’utilisation du glyphosate. L’usage intensif des pesticides a beau faire l’objet de larges débats, il ne faiblit pas pour autant. Comme le montrent les chiffres révélés par notre partenaire Mediacités, les ventes de produits phytosanitaires ont même augmenté de 2009 à fin 2016. Découvrez la carte des départements où les pesticides se vendent le plus.écidément, l’Europe n’arrive pas à se mettre d’accord sur l’avenir du glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde – inventé par le groupe Monsanto. Après le report d’un premier vote le 24 octobre (lire notre article), la Commission européenne a échoué ce jeudi 8 novembre à obtenir une majorité suffisante en faveur de sa proposition de renouveler la licence du glyphosate pour cinq ans. Quatorze États sur les 28 membres de l’UE se sont prononcés en faveur de la proposition de la Commission (notamment le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suède), neuf ont voté contre (la France, l’Italie, la Belgique, entre autres) et cinq se sont abstenus, dont l’Allemagne, pays de Bayer, la firme qui a racheté Monsanto.

     

    Même si une majorité de pays a approuvé la proposition de la Commission, cela ne permet pas d’atteindre la pondération démographique (correspondant à 65 % de la population de l’UE). En conséquence, la proposition n’est pas adoptée et la Commission va maintenant se tourner vers un comité d’appel, qui devrait se prononcer fin novembre. La France avait annoncé son intention de voter contre la proposition de la Commission. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, a indiqué que « la France est sur une position de 3 ans ».

     

    La décision finale de l’Union Européenne (UE) changera-t-elle fondamentalement l’usage massif que l’agriculture française fait des produits phytosanitaires depuis plus d’un quart de siècle ? Probablement pas. C’est en tout cas ce que démontrent les chiffres confidentiels rendus publics aujourd’hui par Mediacités. Malgré les débats, malgré les interdictions de certains produits ou usages (les collectivités locales et les établissements publics, par exemple, n’ont plus le droit d’en utiliser depuis le 1er janvier 2017), malgré les plans de lutte, un peu plus de 68 000 tonnes de produits phytosanitaires ont encore été vendues en France en 2016. Soit  4 000 de plus qu’en 2009… N’en jetez plus : la France est accro aux pesticides !

    Mediacités, partenaire de Mediapart, vous propose de découvrir la carte de France des ventes de pesticides, ainsi qu’un palmarès des cinq substances les plus dangereuses, pour l’environnement comme pour la santé humaine, commercialisées dans chaque département ces huit dernières années.

     

    Les chiffres que Mediacités a réussi à se procurer proviennent de la BNV-d, la banque nationale des ventes des distributeurs. Créée en 2009 (à la suite de la loi sur l’eau de 2006 et de l’instauration d’une redevance pour pollution diffuse deux ans plus tard), elle recense et compile les déclarations de vente des distributeurs de pesticides dans chacun des départements français. Longtemps restées confidentielles, ces données sont désormais publiques.

     

     

    votre commentaire
  •  

    Dans le cadre du « Festival des Solidarités 2017 », manifestation organisée par l’association Cap Sud Emergences,

    La médiathèque Jacques Brel vous convie au vernissage de son exposition « Les déchets, du tout-à-la-rue à la collecte sélective »*

    Vendredi 17 novembre à 18h30

    suivi de la projection du film documentaire « Les Catadores, recycleurs de rue au Brésil »**, à 19h00.

    A l’issue de la projection,  un débat sur le thème « Revalorisation des déchets et réinsertion, quels enjeux pour l’économie populaire ? »

    sera animé par Hugues Bazin, chercheur associé à la Maison des Sciences de l'Homme – Paris Nord.

    « Revalorisation des déchets

    & réinsertion : quels enjeux

    pour les économies du Nord et du Sud ?

    Débat animé par Hugues Bazin

    à l’issue de la projection

       

    *Exposition « Les déchets, du tout-à-la-rue à la collecte sélective » visible à la médiathèque Jacques Brel du 7 au 30 novembre 2017 (affiche en pièce jointe)

    ** Projection-débat : entrée libre sur inscription au 03.44.52.34.60 ou par mail à l’adresse suivante : mediatheque@ville-meru.fr

     

    Vernissage et projection-débat à la médiathèque de Méru vendredi 17 novembre à 18h30

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Manger: un spectacle burlesque musical

     

    https://www.compagniezygomatic.com/manger

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • https://www.arte.tv/fr/videos/069081-000-A/le-roundup-face-a-ses-juges/

    À la lumière du procès symbolique de Monsanto tenu en 2016, Marie-Monique Robin expose l’ampleur du scandale sanitaire lié au Roundup, herbicide le plus vendu au monde. Un réquisitoire accablant, paroles de victimes et d'experts à l'appui.

     

    C’est l’histoire d’une colère citoyenne, jusque-là quasi inaudible, et d’une lutte contre un écocide, ou crime contre l'environnement, commis en toute impunité par la firme championne des OGM. En octobre 2016, à La Haye, victimes et experts témoignent – une première – devant le Tribunal international Monsanto, au fil d’un édifiant procès symbolique contre le Roundup, l’herbicide le plus vendu au monde, et sa très toxique molécule active, le glyphosate. Cette année-là, quelque 800 000 tonnes de ce "tue-tout" (son surnom en espagnol) ou de ses génériques ont été déversées sur la planète. Si la multinationale a refusé de comparaître, les victimes ont raconté à la barre les conséquences de son épandage : malformations des enfants, cancers, maladies respiratoires ou rénales et destructions environnementales. Éclairé par des scientifiques, cet accablant réquisitoire révèle l’ampleur de ce scandale sanitaire, qu’illustrent des reportages bouleversants sur la tragédie en cours, de la France à l’Argentine en passant par les États-Unis et le Sri Lanka – premier pays à interdire le glyphosate. "Ce pulvérisateur nous a apporté la mort, alors qu’on voulait simplement gagner notre vie", lâche, amer, un riziculteur sri-lankais contaminé.

    Lanceuse d’alerte

    Presque dix ans après son enquête "Le monde selon Monsanto", Marie-Monique Robin démontre, faisceau de preuves à l’appui, l’extrême nocivité du Roundup, à l’heure où l’Union européenne doit décider de prolonger ou non l’autorisation du glyphosate sur le marché. Déclaré en mars 2015 "cancérigène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), et reconnu comme tel par des études scientifiques secrètes commanditées par Monsanto, l’herbicide, omniprésent dans l’eau, l’air, la terre et les aliments, est aussi un perturbateur endocrinien, un antibiotique et un chélateur de métaux – il séquestre les minéraux. Face au silence coupable des agences de santé et à l’inertie des gouvernements, le film, à travers ce procès, montre également la mobilisation à l’œuvre de la société civile mondiale pour faire reconnaître l’écocide. L’enjeu ? La poursuite au pénal des multinationales dont les activités menacent la sûreté de la planète et la santé des hommes.

     


    votre commentaire
  • https://petitions.pure-sante.info/encore-plus-de-perturbateurs-endocriniens/video/

     

    Souvenez-vous dans les années 90, les vendeurs de tabac jurant main sur le cœur l’inoffensivité de leurs produits. Ils nous auraient presque convaincu des bienfaits pour la santé des cigarettes. 

    Cela parait être de l’histoire ancienne, « ça serait inimaginable aujourd’hui avec internet » diront certains. 

    Pourtant Monsanto le prend comme un défi. Il se lance dans la même opération de déni. Avec des arguments encore plus dangereux. 

    Regardez vite cette vidéo en cliquant ici, c’est sidérant. 


    votre commentaire
  • https://jardincomestible.fr/videos/des-canards-dans-les-rizieres/

     

    Petit voyage au Japon pour découvrir une association bien connue en permaculture: combiner élevage de canards et riziculture.

    Takao Furuno lache ses canetons en libre parcours dans les rizières peu après le semis. Les canetons respectent les jeunes plants de riz, fertilisent et oxygènent l’eau, dévorent les insectes parasites et plantes adventices. Les plantes bénéficient de l’apport des déjections des canards et des poissons. L’azolla, une plante aquatique, apporte de l’azote aux plants de riz.

    Il faut ensuite enlever les canard de la rizière lorsque le riz comment à monter à graine.

    Takao produit donc du riz, des canards (viande et oeufs) et des poissons sur la même parcelle.

    Le tout évolue dans un écosystème équilibré et quasi-autonome, le seul apport étant le riz fourni aux canards au sol.

    Il arrive à un rendement égal à celui de l’agriculture conventionnelle, sans pesticide ni engrais chimique.

    Pour en savoir plus, lire « The Power of Duck » (en anglais), écrit par Takao Furuno lui-même.

    Cette méthode  a été adaptée avec succès en France, en Camargue : des canards s’occupent d’une rizière camarguaise, et ça fonctionne !

     

    Résultat de recherche d'images pour "canard rizière"


    votre commentaire
  • Rendez-vous le 16 octobre pour (re)voir les 7 films finalistes en version complète et voter pour le Prix du Public

     

    Les 28 films présentés tout l’été sur le site du Greenpeace Film Festivalont reçu 11 233 votes, et toute l’équipe de Greenpeace remercie chaleureusement le public pour sa participation, ainsi que les réalisateur.trice.s et producteur.trice.s des films en compétition.

    Désormais, il ne reste plus que sept films en course, un par catégorieDès le 16 octobre, ils seront de nouveau en ligne en version complète pendant deux semaines : ce sera à vous de voter pour choisir le lauréat du Prix du Public 2017, qui sera ensuite projeté dans plusieurs villes de France. 

     

    https://greenpeacefilmfestival.org/les-films/edition-2017/les-films-en-competition-2017/?utm_medium=171003_PushInfo_newsletter_Newsletter-GFF-Finalistes&utm_source=email&utm_campaign=Instit-Festival&utm_content=&utm_term=

     

     


    votre commentaire
  • http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170920.OBS4911/video-plus-le-jambon-est-rose-plus-il-faut-se-mefier-les-industriels-nous-mentent.html

     

    l n'y a rien de plus simple que la recette du jambon : viande de porc, sel, et éventuellement poivre. Pourtant, qui s'est déjà penché sur les étiquettes des jambons sous vide dans les rayons des supermarchés, a déjà remarqué que la liste des ingrédients était beaucoup plus longue : de nombreux additifs, parmi lesquels le E 250 et le E 252 (respectivement nitrate de potassium et nitrite de sodium) sont utilisés par les industriels.

    Pourquoi ? "Pour accélérer la transformation du porc en charcuterie" (le temps, c'est de l'argent), et "falsifier la couleur" (le rose, c'est plus tentant), explique Guillaume Coudray, auteur du livre "Cochonneries. Comment la charcuterie est devenue un poison" (La Découverte, sept. 2017).

    Celui qui avait signé l'enquête de "Cash Investigation" :"Industrie agroalimentaire : business contre santé" (France 2), enjoint les Français, dans son livre (et dans la vidéo en tête d'article) à arrêter la consommation de charcuteries industrielles. "Et lui préférer l'artisanale, dans le respect du produit."Un appel relayé par une pétition sur le site change.org, intitulée "Arrêtons d'empoisonner nos enfants ! Non au nitrite de sodium dans les charcuteries", dont les signatures ont doublé en cinq jours pour atteindre plus de 100.000 soutiens au moment de l'écriture de cet article.  

    Le Fonds mondial de recherche contre le cancer a d'ailleursconfirmé que les charcuteries (avec nitrite et nitrate) provoquaient le cancer colorectal, le deuxième le plus répandu en France et en Europe. 


    votre commentaire
  • Dans notre dernier panier,  nous avions une nouveauté...

    Le pack-choï

    Le chou de Chine ou bok (pak) choy (choï)

     

    que voici...

    Quelle merveille !

    Dès la première dégustation !

    Alors voici comment nous l'avons cuisiné pour en tirer un bon parti.

     

    Pour commencer et en deux mots,

    Bienfaits
    Le Pak-choï est riche en vitamines A et en potassium.

    Utilisations culinaires
    En cuisine les tiges de Pak-choï sont cuites pour ensuite accompagner certaines soupes, riz, et autres légumes. Ses feuilles, elles, doivent être ajoutées en fin de cuisson

    Recette 

    Je vous propose une petite garniture facile à préparer et surtout délicieuse...

    4 / 5  (1 avis)

    Ingrédients / pour 2 personnes

    • pak choi
    • 3 cuillères à soupe de purée de tomate (sauce maison nature si possible)
    • 2 oignons
    • 3 gousses d'ail
    • 1 cuillère à soupe de gingembre en poudre
    • 2 cuillères à soupe de sauce soja
    • 1 cuillère à soupe d'huile de sésame
    • poivre
    • Réalisation
    • Difficulté  Facile
    • Préparation 15 mn
    • Cuisson 16 mn
    • Temps Total 31 mn (bien tassées !)

     

    Préparation Pak choi à l'ail

    1 Séparez les branches du pak choi, lavez-les et essuyez-les. Coupez les côtes en lamelles et ciselez les feuilles. Pelez et émincez finement les oignons. Pelez les gousses d'ail et coupez-les en tranches.

    2 Faîtes cuire les lamelles de choux pak choï 10 minutes à la vapeur.(voir plus...goûter. Elles doivent être assez tendre)

    3 Faîtes chauffer un peu d'huile dans un wok, ajoutez l'ail en tranches et faîtes les dorer. Sortez-les du wok et réservez.

    4 Mettez l'oignon et le gingembre dans le wok. Laissez cuire 1 minute avant d'ajouter le pak choi (feuilles et lamelles) et la purée de tomate. Laissez mijoter 5 minutes avant de remettre l'ail et d'ajouter la sauce soja et l'huile de sésame. Poivrez.

    Pour finir

    Servez chaud...

     

    On peut se passer de gingembre comme nous l'avons fait, n'en ayant pas, mais la sauce soja... génial !

     

     

    Recette - Choux Pack-choï (ou chou de Chine)...

    votre commentaire
  • Un véritable permis d'intoxiquer donné aux industriels de l’agrochimie qui produisent les perturbateurs endocriniens est proposé par la Commission européenne. A l’aube du vote de la dernière chance sur ces polluants chimiques qui dérèglent nos organismes et provoquent cancers, malformations, (etc.) nous devons faire bloc pour empêcher une telle décision.

     

     https://actions.sumofus.org/a/considerez-les-perturbateurs-endocriniens-avec-le-meme-serieux-que-les-cancerogenes-et-refusez-la-proposition-de-la-commission-europeenne?sp_ref=339776149.99.182135.e.581474.3&source=mlt


    votre commentaire